La Tunisie doit rembourser une dette publique de 26 milliards de dinars en 2024

Le gouvernement tunisien doit rembourser une dette de 3000 millions dinars (MDT), au titre d’emprunts obligataires émis sur le marché international en février 2017, a fait savoir la ministre des Finances, Sihem Nemsia, lors d’une séance d’audition organisée, mercredi 1er février 2024, par la commission parlementaire des finances et du budget.

Lors de cette séance consacrée au projet de loi autorisant exceptionnellement la Banque centrale de Tunisie (BCT) à accorder des facilités au profit du trésor public, la ministre a expliqué que le recours à la BCT intervient pour financer cette dette qui arrive à échéance le 16 février 2024. Le projet de loi, a-t-elle ajouté, permettra à l’institut d’émission d’accorder au gouvernement des avances, en cas de besoin.

La Tunisie devra rembourser, d’après la ministre, une dette publique de près de 25 797 MDT, en 2024, dont 7 111 MDT durant le premier trimestre, sachant que les besoins de financement de l’Etat s’élèvent à 28188 MDT.

«Malgré les contraintes, la Tunisie est déterminée à honorer ses engagements dans les délais impartis, et ce, en comptant sur ses propres ressources, afin de préserver sa souveraineté nationale», a souligné Nemsia, faisant remarquer, néanmoins, qu’il existe actuellement des discussions avec des bailleurs de fonds qui pourraient ne pas aboutir à un résultat durant le premier trimestre de 2024.

Par ailleurs, la ministre a reconnu que son gouvernement est confronté à des difficultés en matière de mobilisation de ressources financières externes mais reste déterminé à diversifier ses sources de financement.

Lors de cette séance à laquelle a pris part le gouverneur de la BCT, les députés ont mis l’accent sur l’importance de trouver d’autres alternatives comme la promotion de l’investissement à valeur ajoutée, la restructuration du secteur du phosphate, l’intégration du secteur informel à l’économie formelle et l’accélération de l’amendement du code des changes, mettant en garde contre les répercussions de ce projet de loi sur le pouvoir d’achat des Tunisiens et sur l’inflation.

A l’issue de ses travaux, la commission parlementaire a décidé de poursuivre l’examen de ce projet de loi qui a été approuvé, le 25 janvier dernier, par le conseil des ministres.

Ce texte de loi prévoit d’approuver une autorisation exceptionnelle à la BCT pour  accorder des facilités au Trésor public d’une valeur de 7 milliards de dinars, remboursable sur une période de 10 ans sans intérêts, et avec une période de grâce de trois ans. Cette enveloppe servira à financer une partie du déficit budgétaire au titre de l’exercice 2024.  

D’après Tap.

Donnez votre avis

Votre adresse email ne sera pas publique.