Accueil » La Tunisie à la CAN Cameroun : Le management des Aigles de Carthage en question

La Tunisie à la CAN Cameroun : Le management des Aigles de Carthage en question

Pour les Aigles de Carthage, le succès 4-0 sur l’équipe nationale de football de la Mauritanie arrive comme une revanche. Un soulagement après la défaite du premier match tunisien de cette CAN Cameroun 2022 (0-1 contre le Mali). Mais le 3e match du groupe contre la Gambie, prévu demain, jeudi 20 janvier 2021, se présente sous de mauvais auspices avec pas moins de 13 joueurs manquant à l’appel pour avoir été testés positifs au Covid-19. Voilà qui pose de sérieux problèmes de management.

Par Jean-Guillaume Lozato *

En effet, la Tunisie a commencé la CAN Cameroun avec seulement deux joueurs atteints (Hannibal Mejbri et Youssef Msakni) et se retrouve aujourd’hui avec un effectif réduit de 13 joueurs, dont plusieurs cadres, ce qui laisse penser que le management n’a pas été au top et qu’il y a eu quelque relâchement au niveau des mesures de sécurité sanitaire : on a vu les joueurs fêter tapageusement la victoire contre le Mauritanie autour de la piscine de l’hôtel où ils résident. Ce relâchement a été payé cash…

Pour revenir au résultat positif contre la Mauritanie, disons qu’il était largement mérité, consécutif à une prise de responsabilité volontariste à la fois du collectif et des individus. Sous l’œil placide mais aiguisé du sélectionneur, Mondher Kebaier, qui est demeuré dans une phase de concentration intense tout au long de l’événement.

Les raisons de ce résultat positif tiennent-elles uniquement à une réalité purement sportive du terrain?

Quelques imprécisions demeurent à corriger

Les Tunisiens ont su imprimer leur style de jeu dès le début sur une rencontre se présentant comme un piège. Embuscade affrontée, contournée puis retournée promptement. Les joueurs se sont dirigés frontalement vers des adversaires initialement toniques mais surpris par l’ouverture du score. C’est-à-dire sur une action sur le front gauche de l’attaque, initiée par Seif Eddine Khaoui. Puis exploitée magistralement par une succession de gestes techniques de ses partenaires, aboutissant au tir victorieux de Hamza Mathlouti. Accompagné quelques minutes plus tard par le but de la star Wahbi Khazri. Le natif d’Ajaccio s’offrant un doublé en seconde mi-temps. Seifeddine Jaziri ponctuant la conclusion de la partie à 4-0, sur un beau service en profondeur du même Khazri.

Score flatteur? Evidemment oui. Sans appel? Mais quelques imprécisions demeurent à corriger.

Déjà savoir composer avec le jeu adverse. Quelques actions ont encore révélé l’enclin à l’impatience ou à l’énervement avec des cartons jaunes récoltés bêtement. Toutefois, les footballeurs d’Afrique du Nord ont paru mieux disposés moralement par rapport au premier match. L’organisation du schéma tactique y a contribué, en étant remaniée d’un 3-4-3 ayant ralenti le jeu tunisien à un 4-3-3 mieux adapté, alliant temporisations et accélérations

Evidemment Khazri a été celui qui a le plus brillé. Néanmoins il ne fut pas le seul à animer l’organigramme de sa formation. Des joueurs comme Ali Maaloul, Anis Ben Slimane ou Ghailen Chaalali se sont singularisés en bien. Il faudra donc faire fructifier tous ces points.

Attention à la prochaine marche !

La Tunisie n’est donc ni encore éliminée ni encore qualifiée. Attention à la prochaine échéance, cruciale, jeudi soir à 20 heures, avec la Gambie.

Les Aigles de Carthage devront digérer la Coupe arabe n’obéissant pas aux mêmes conditions de jeu qu’une CAN, éviter de se concentrer sur des conditions d’arbitrage discutables comme contre le Mali. Attention à l’impact physique aussi. De plus la vigilance se doit de continuer pour manager l’effectif.

En effet, Hannibal Mejbri, certes prometteur, est apparu juste physiquement face aux Maliens. Il revenait d’une atteinte par le Covid. Ensuite un garçon comme Mohamed Ali Ben Romdhane pourrait apporter davantage si on le sollicitait plus, ou si on le repositionnait comme on l’a fait avec Khazri, bien meilleur lorsqu’il permute d’une aile à une autre que lorsqu’il effectue des décrochages sous forme de va-et-vient incessants. Malheureusement, le milieu de l’Espérance a été testé positif au Covid et ne pourrait pas être aligné demain. Il serait intéressant de lui faire confiance dans les matchs à venir. Espérons que la Tunisie en aura encore dans cette compétition.

L’option Omar Rekik reste aussi à étudier, en l’absence de plusieurs titulaires de la ligne défensive demain contre la Gambie.

Les penaltys – un raté à chaque rencontre, et par les deux cadres de l’équipe : Wahbi Khazri et Youssef Msakni – sont un autre problème à régler, ainsi que la coordination à retravailler sur les pénétrations axiales adverses en contre-attaque, qui ont coûté plusieurs buts aux Aigles de Carthage.

Enfin, le rôle de gardien de but est exposé au danger s’il y a un turn-over constant et imprécis entre Farouk Ben Mustapha et Béchir Ben Said, dernière option trouvée, l’ancien titulaire du poste, Mouez Hassan ayant été écarté de l’effectif avant la CAN au Cameroun.

Articles du même auteur dans Kapitalis :

La Tunisie en situation pré-chaotique

Les Ouighours, un peuple toujours en sursis

La Tunisie sur pilote automatique

Donnez votre avis

Votre adresse email ne sera pas publique.